Accueil

LE SONNET DE GUICHEN

Laisser un commentaire

Comme un bouquet bleu – vert posé sur un plateau, Le pays du « Vieux bourg » s’étend sous la verdure. Son chef est un clocher, ajoncs sa chevelure Qui, dès le soir tombat, paillète le côteau.

Si le mauve granit décore son manteau Vilaine et le Canut argentent sa ceinture ; Moulins, manoirs chenus, dentelles ou guipure, Couronnement de festons les fleurs de son berceau.

Là, dort le souvenir de la Bretagne antique Et l’on peut écouter sa complainte mystique Pareille au chant sacré des doux bardes gaulois.

Elle émeut les rochers en parlant de ses chaînes, Caresse dans le vent les coiffes d’autrefois Et conte sa légende au coeur tendre des chênes.

J.M. CHAUMEIL.

Publicités

Soyez plus clerc !

Laisser un commentaire

L’aut’jour, l’médecin, l’curé, l’notaire et moi. P’tit Louis étions en train de discuter de nos problèmes. J’dis : Lorsque j’étais instituteur, j’avais du mal à surveiller mes élèves, mais aujourd’hui je m’occupe d’abeilles qui se surveillent toutes seules. L’curé m’dit : Mais c’n’est pas votre rôle de surveiller l’abbaye, c’est l’mien. L’médecin lui dit: Comment? monsieur l’abbé, il faut vous surveiller, seriez-vous malade? J’dis : Oh! Arrêtez, votre histoire n’est pas claire. L’curé m’dit : je ne savais pas que vouliez faire clerc. L’médecin qui avait pris notre conversation en cours réplique : Mademoiselle Claire, j l’ai soignée il y a quinze jours. Serait-elle à nouveau souffrante? Mais j’lui avais prescrit de l’éther pour désinfecter ses plaies. Plus

Glossaire s’active doucement.

Laisser un commentaire

B

Baldaquin: C’est une sorte de dais; ouvrage d’architecture qui sert au couronnement à un autel

Baptistère: c’est un petit édifice où l’on baptisait.

C

Calendrier (le) : année commençant à Pâques, en 1566, le premier jour de l’an fut le 14 avriL, en 1567, l’année commença au 1er janvier, conformément à l’édit royal de janvier 1563, enregistré au Parlement en janvier 1567

Chef-lieu: correspond à la ville principale d’un département, d’un canton.

C L A D : Comité Local d’Animation et de Développement

C.L.S.H.: Centre de Loisirs Sans Hébergement

Coutume: (le mot) employé pour désigner les droits d’entrées et d’étalage aux foires et marchés de la contrée

D

Dais: tenture, ouvrage élevé au dessus d’un autel

Desservant : prêtre qui dessert une paroisse, une chapelle.

Dîme : impôt payé à l’église, égal au dixième ou au sixième de la récolte

E

Enfeu : niche funéraire dans le mur d’une église

F

Fabrique : assemblée élue par le ‘’général’’ pour le représenter et gère les biens communs

G

GWEN HA DU: Traduction littérale: blanc et noir. Drapeau dessiné en 1925 par Morvan MARCHAL. Les bandes horizontales symbolisent les 9 évêchés de Bretagne. Les hermines rappellent l’emblème des Ducs de Bretagne.

H

Hardes : habits

L

Lieue: c’est une mesure linaire d’environ 4 km

M

Marguiller : sacristain, gérant le patrimoine d’une paroisse, nom donné à chacun des membres pris dans la fabrique pour composer un bureau sous les titres du syndic, secrétaire et trésorier

P

Pardons: pèlerinages religieux, occasions des fêtes populaires en Bretagne.

P.A.T.: Un Pays d’Accueil Touristisque est un territoire animé par une sructure intercommunale qui associe élus, professioonnels et associations autour d’un programme de développement pluriannuel, établi à partir d’un diagnostic, pour promouvoir un tourisme durable et de qualité. Le pays des vallons de Vilaine ait partit du PAT des Portes de Bretagne. Plus

Vendredi, conférence sur l’amiral de Guichen

Laisser un commentaire

Guichen. Vendredi, une conférence sur Luc Urbain , l’amiral de Guichen; L’association du patrimoine historique de Guichen Pont-Réan (A.P.H.G.P.R.) a vu le jour grâce à l’initiative de Joël Deshayes, son actuel président, il y a juste un. Durant sa première année d’existence, l’A.P.H.G.P.R a effectuée des recherches sur plusieurs personnalités locales : Arsène Thoumelin gendarme et maire ; Hervé-Jean Bougault, aviateur, et Luc Urbain su Bouëxic, officier de marine.  »Au mois de juin, j’ai participé à une conférence à Fougères donnée par Claude-Youen Roussel, archiviste de la famille du Bouëxic, rapporte Joël Deshayes. Nous sommes ensuite restés en contact et avons décidé d’organiser une conférence à Guichen sur cet amiral. » Claude-Youen y abordera la carrière de Luc-Urbain, et aussi l’histoire de ses terres et propriétés environnantes.     Sauver le patrimoine de l’oubli.      L’association s’intéresse entre autres ,à la généalogie, au patrimoine humain, bâti, religieux, militaire,la géologie, l’archéologie, les costumes… Elle s’est donné comme objectifs de mettre en place des circuits historiques, des visites, d’éditer des ouvrages, et pourquoi pas, de créer un musée. Pour enrichir sa bibliothèque, je collecte tous les documents se rapportant à la commune.   »Nous répertorions, protégeons, conservons, Le but est de faire connaître le patrimoine de la commune, de le sauver de l’oubli, de l’indifférence et de de la destruction.  » Vendredi 21 septembre, à 20 h à l’espace Galatée. entrée gratuite.   Une rue porte le nom de Luc-Urbain du Bouëxic, amiral sous Louis XVI. A Guichen, la rue située au rond point de la mairie, entre la rue du Général-Leclerc et la rue du Commandant Charcot, porte le nom de Luc-Urbain. Par ailleurs, Galatée, divinité marine chez les Grecs, mais aussi le nom d’un des premiers navire que commanda vers 1744 l’amiral Luc Urbain du Bouëxic, a été retenu pour dénommer le centre culturel, l’espace Galatée, inaugurée en octobre 1991. Luc Urbain du Bouëxic, aristocrate français et célèbre officier de marine , est né en 1712 à Fougères et décédé à Morlaix, à l’âge de 77 ans, il entre dans la Marine à 18 ans. Il se retire en 1783 de la vie militaire et sera élevé Grande-Croix de Saint-Louis le 1er janvier 1784. Son grand-père, Luc du Bouëxic né en 1631, est le premier seigneur de Guichen et vient habiter le vieux manoir de la Grézillonnais. Son père, Luc François, est inhumé dans l’église de Guichen en 1735. Agathe félicité Anne du Bouëxic, la fille unique de Claude-Luc du Bouêxic, frère de Luc-Urbain, est née en 1756 au château de la Grézillonnaye, en Guichen, où elle décédera à l’âge de 82 ans;

Les origines de la Commune jusqu’à aujourd’hui

Un commentaire

Les origines de la Commune jusqu’à aujourd’hui

VIE ASSOCIATIVE – LES HABITANTS

Un président, une Association: PATRIMOINE HISTORIQUE DE GUICHEN-PONT-REAN

Les origines de la Commune jusqu’à aujourd’hui. Reflet: Joël Deshayes, passionné de littérature, de généalogie, d’histoire et de patrimoine, vous venez de créer l’Association Patrimoine historique de Guichen Pont-Réan. Quels sont le but et l’activité de cette nouvelle association. Joël Deshayes: Notre association qui est composée de Jean-Pierre Mathias (conteur de la Commune de) et moi-même, à pour objectif de rechercher, de répertorier, de protéger, de conserver et de faire connaître le patrimoine historique de la Commune de ses origines à aujourd’hui. Mais elle doit aussi permettre de le transmettre et de le sauver de l’oubli. Je dispose personnellement de nombreux éléments intéressants concernant le patrimoine bâti, humain, religieux… Nous recherchons des personnes désireuses de s’investir dans ce domaine pour nous aider à classer toutes ces archives. Nous continuons naturellement à collecter tous documents sur l’histoire de la Commune, anciens bulletins municipaux,articles de presse, livres, photos et cartes postales. Reflet: Avez-vous vécu d’autres expériences dans le domaine du patrimoine. ? Joël Deshayes: Oui. en 1996, j’ai fait partie d’un cercle généalogique puis, en 1997, j’ai découvert mon intérêt pour le patrimoine et me suis investi dans l’association gacilienne pour la protection du patrimoine historique de la Gacilly en tant que trésorier. Par nos nombreuses recherches sur les édifices religieux, les Châteaux… chacun a pu découvrir le patrimoine de cette Commune. Un travail de longue haleine qui a donné lieu à l’édition de petites brochures. Et pour terminer, je suis devenu bibliothécaire de l’association avant d’arriver à Guichen en 2008. Reflet: Concrètement, que comptez-vous mettre en place pour la Commune de Guichen dans un premier temps? J. Deshayes: Lorsque nous aurons terminé ce travai de classement, nous pourrons éventuellement établir des circuits touristiques (un peu comme celui qui a été fait lors de la journée du patrimoine du 17 septembre dernier), des visites de sites et pourquoi pas réfléchir à un musée. Reflet: Quel serait l’aboutissement de ce travail conséquent ? Joël Deshayes: Cela pourrait donner à des éditions de brochures traitant, par exemple, de la géologie puisque Guichen est mondialement connue des paléontologues  pour ses gisements. Par ailleurs, d’autres opuscules pourraient avoir pour sujet les fouilles archéologiques, la typonymie des villages, les sites comme la Massaye, le château de la Quémearais, le château de la Grésillonnais, les moulins ou encore les personnalités, le petit patrimoine bâti (croix, lavoirs, calvaires, monuments aux morts…). De qoui ravir les amateurs de patrimoine! Contacts: 02 99 05 37 83 ou 06 21 19 28 69 Mail: deshayes-joel@range.fr

 

VOEUX 2015

Laisser un commentaire

L’association du Patrimoine Historique de Guichen Pont-Réan

Vous souhaitent tous ses meilleurs voeux pour  2015.

Que cette nouvelle année vous apporte:

JOIE, SANTE, CHANCE

Que chaque jour soit un jour de fête.

PAIX, SERENITE et ESPERANCE

Que chaque coeur soit inondé de lumière

Que tous vos projets aboutissent . 

Pour l’Association.

Le Président

2014 en révision

Laisser un commentaire

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Un tramway de San Francisco peut contenir 60 personnes. Ce blog a été visité 3 100 fois en 2014. S’il était un de ces tramways, il aurait dû faire à peu près 52 voyages pour transporter tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Le Bénévole

Laisser un commentaire

Le Bénévole Pessismme ou Réaliste

Le Bénévole

Je suis un bénévole
Je donne mon temps
Et je le fais bien sûr toujours gratuitement
Dans les Associations Culturelles ou Sociales,
Dans les milieux sportifs, les sociétés locales,
On trouve des personnes , qui courageusement
Se démènent, se battent, et bénévolement
De multiples services assurent la fonction
Du club le plus petit,aux grandes fondations
Quand on est bénévole,on s’expose beaucoup
Si ça marche très bien, on vous monte le coup
On vous fait par devant, un trop plein de mérites,
Et puis, sur le côté la jalousie irrite
Alors dans votre dos, on dit évidemment
Que vous faites cela pour glaner quelque argent,
Que vous avez pour sûr, des intérêts notoires.
Car avec les ennuis et les nombreux déboires,
Qu’on récolte en oeuvrant pour une association.
De la faire pour rien semble une aberration.
C’est ainsi que l’on use irrémédialement
L’enthousiasme d’adeptes qui très honnêtement
S’occupent, se démènent avec beaucoup de foi
Et qui se font piéger ainsi plus d’une fois
On s’aperçoit trop tard, de tout ce qu’il apportent
Et les bons plerins qui les ont disgraciés.
Losqu’on les sollicite pour prendre le relais,
Lèvent les bras au ciel en criant:  »Pas question »
Et c’est ainsi que meurent un tas d’associations.
L’Esprit ‘est plus très bon ,
C’est triste assurémet
On sait qu’à notre époque, où règne l’argent,
Les service gratuits de gens de bon aloi,
Paraissent dépassés , non conforme à la loi
Je suis un bénévole
Je suis donneur de temps,
Cette race c’est sûr,
Il ne vivra pas longtemps.

Texte anonyme publié dans la revue de l’Education Nationale

Histoire d’eau

Laisser un commentaire

Histoire d’  » eau
 » Du temps de nos ancêtres, étaient 99 % analphabète.
Les curés, les secrétaires de mairie ne se souciaient nullement de l’orthographe.
Le son  »o » fut celui qui offrait le grand nombre de variantes.
Rencontré dans le milieu d‘un mot ou d‘un nom, on avait le choix entre trois graphies classiques ( o , au , eau ).
Par contre, lorsque ce son était à la fin du nom, on avait un étonnant éventail de variantes. Les noms terminant par – o – sont souvent bretons, issus de prénoms.
Ceux terminés par – eau – originaires de Loire Atlantique, de Vendée, des Deux Sèvres, sans venir pour autant des prénoms.
Plus à l’Est, on trouvera les – ault – en Touraine. – aud – en Berry, – ot – en Bourgogne, Champagne, Lorraine, – od – en Franche-Comté, – oz – Ain, Savoie…..que d’ o , que d’o !

Un café à Guichen  »VEND à BOIRE et à MANGER » ?

2 commentaires

Ce cliché photographié dans  les années 1930, . Nous lisons au dessus de la porte  »CELLIER  BOUGEARD »

Une autre indication en dessous :  »VEND à BOIRE et à MANGER »

Aujourd’hui ce café porte le nom de  »L’EMBUSCADE » : situé rue Fagues à Guichen. Est-ce cet endroit?

Dans le prolongement de cette rue, rue Théodore BOTREL, une bijouterie BOUGEARD, fermer à ce jour. Ces deux familles étaient-elles parentes?.

 Si vous reconnaissez des personnes ou avez des renseignements?  Contactez-nous?  Vos informations nous aideront à dater ce cliché. Il est dit quand ce lieu : la commerçante faisait à manger aux écoliers. Les cantines communales n’existaient sans doute pas?

Older Entries