Gendarmerie de GuichenEn 1920, l’ancienne gendarmerie est située rue du 11 novembre. Vu le coût des travaux 180 000 francs), les responsables du projet estiment qu’il vaut mieux en construire une nouvelle.

La Commission s’est réuni le 16 octobre 1917. Composés des membres présents : M.M. Ferron et de Villoutreys, conseillers généraux, et de M Jean Marie Laloy architecte départemental. La proposition de M Gérard est retenu  au prix de 1,50 franc le M² sur  4000 m², soit 6 500 francs. Situé sur la route de Rennes à Redon, face au champ de foire, (aujourd’hui place Georges Le Cornec) l’emplacement semble idéal. La Commission estime donc qu’il y aurait lieu d’établir une promesse de vente au profit du département et d’obtenir une prolongation du bail de la gendarmerie actuelle afin de permettre d’attendre la fin des hostilités pour commencer les travaux. La gendarmerie aura sa façade du côté route de Rennes à Redon. En arrière du bâtiment principal se trouvent les écuries. A cette époque, il n’existait pas encore l’eau courante, ni les toilettes. Un puits actionné par une pompe alimente le bâtiment. Les latrines en deux compartiments, séparées par une cloison en briques se situent dans le fond de la cour. L’une est du style de gare sans siège, pour les hommes. Pour les femmes, un siège en bois muni d’une cuvette à tirage vertical. Le bâtiment est bâti à flanc de coteau en reculement de 5,70 m de la route. Il est nécessaire de créer un muret de soutènement qui aura une hauteur de 2,70 m environ à l’extrémité nord-est. En avant de la gendarmerie, l’architecte indique une grande allée , sorte de terrasse ; en arrière, une cour plantée de pommiers et les jardins. La gendarmerie de Guichen sera traitée avec toute la sobriété possible ; son socle sera en moellon de Pont-Réan, et la maçonnerie supérieure en grès; déclare Jean Marie LALOY concepteur de cet édifice. En mai 1919 le devis s’élève à 220 377,80 francs

Citations : Pour ma part, je considère que l’acquisition de la caserne actuelle, si peu désirable qu’elle soit aujourd’hui, la seule solution à envisager d’une manière certaine le maintien à Guichen de la brigade gendarmerie – Le conseiller de préfecture, août 1920.

Au final, la construction s’élève à 253 405,27 francs. Le mardi 23 juin 1925 : M Victor Edet, Maire de Guichen, Albert Bescon, Lieutenant Commandant de la Gendarmerie de l’Arrondissement de Redon procédèrent à l’état des lieux.

Publicités